DÉMARCHE ARTISTIQUE

L’art est une descente abrupte à l’intérieur soi, un rituel, un processus d’intégration.

L’art est un chemin à débroussailler.

 

Artiste interdisciplinaire, j’œuvre principalement dans les domaines de la performance, du dessin, du tatouage, de l’installation et de la vidéo. Les thèmes récurrents dans mon travail incarnent la mémoire en relation avec les événements et les lieux, les femmes déesses et guerrières de la mythologie à aujourd’hui, le genre et sa relation avec le corps, le corps en tant qu’architecture, l’espace sacré et l’espace sécuritaire.

L’art est le terrain de jeux de l’inconscient, c’est l’endroit où le temps et l’espace se permutent et où les blessures se transforment en cadeaux. C’est le lieu sacré où se rejouent les événements marquants et traumatiques de nos vies. Lorsque ces enjeux sont rejoués, la pratique performative et rituelle de l’art permet la transmutation de ces événements et la réécriture des histoires données. La transcendance est possible grâce à l’esthétisme et le sens donné/trouvé par l’artiste, par le spectateur et par l’œuvre en tant que telle. Ici, la pratique artistique permet donc une renaissance symbolique et métaphysique, offerte tant à l’artiste qui la performe qu’à l’audience qui la reçoit.

Je suis une guérisseuse, une guerrière; l’art devient bien plus qu’un moyen d’expression. L’art permet de dépasser les traumatismes et de les transformer en des objets – un dessin, un tatouage, une performance, une installation. L’objet n’est plus qu’une représentation d’un traumatisme, il devient le talisman de la guérison. Je choisis d’inscrire dans ma pratique différents événements ou lieux. Soit physiquement, en retournant sur lieu physique donné, soit spirituellement, par la reconstitution d’un événement en performance, soit symboliquement, par la transcription des émotions rattachées à cet événement ou ce lieu, en dessin ou en installation. D’un moyen ou comme d’un autre, je navigue entre ces événements et ces lieux de manière à traverser la révolte ou l’engourdissement afin d’arriver dans un espace nouveau où tout est à réécrire, où tout est possible. Ces objets d’art, tangibles ou non, deviennent participants et me renvoient à des images inconnues. Ils ouvrent des espaces inexplorés et m’offrent la possibilité d’échanger avec artistes et non artistes sur des sujets parfois tabous. Le cœur de mon travail est donc la symbolique incarnée par l’imagerie que je produis ainsi que la réception de ces images par le public.